Quand descendre l’ésotérisme montre la fermeture de nos esprits

Par défaut

Bonjour à toutes et à tous !

Je n’ai pas été très active sur WordPress ces derniers temps. Entre une rhino-pharyngite qui m’a prise pendant un bon moment, le travail, les trajets et les répercussions d’un stress latent de longue haleine et des contrariétés amicales et sociales, mon intérêt pour le blogging s’est vu diminuer. Toutefois, soyez rassurés, je ne compte pas laisser en plan mon blog 🙂

Bon, je ne vais pas être très critique constructive mais je souhaite vous mettre en garde contre tous les reportages, émissions consacrées à l’étude ou la dissection (on ne peut plus superficielle) de l’ésotérisme. Ma base d’étude sera ce sujet diffusé par l’émission d’Arte Yourope : http://www.arte.tv/guide/fr/048524-013/yourope?autoplay=1

Quand une émission commence par ne pas définir ce qu’est l’ésotérisme (en commençant, même si ça paraît pompeux) par un peu d’étymologie et resituer le contexte de naissance ou primitif, originel du champ très vaste qu’on appelle ésotérisme. Premier point faible dans un journalisme d’investigation qui ne l’est pas. Certes, le format de l’émission n’a pas de vocation scientifique mais plutôt de vulgarisation, et ici elle n’est même plus extrême cette vulgarisation mais la partialité arrache les yeux. Du moins, elle m’arrache les yeux car étant versée dans ce qu’on appelle globalement l’ésotérisme.

On commence par une séduction sans fondement académique et sans source antique. car l’ésotérisme est vieux comme le monde 😉

On s’attarde sur ce terme à la fois flou et très clair qu’est l’ésotérisme. Une méthode très répandue chez nous tous Internautes consiste à taper le mot dans la barre Google « define: ésotérisme ». Voilà ce que cette web-encyclopédie nous révèle (ou pas) :

Le mot « ésotérisme » est d’origine grecque et, dans l’Antiquité, désignait habituellement des enseignements réservés à un petit nombre d’initiés, notamment au sein des Mystères, par exemple les Mystères d’Éleusis.

Ce mot a aussi été utilisé, en Occident, pour désigner des enseignements ainsi que des courants, qui, au sein du christianisme, appartenaient à des milieux fermés qualifiés, pour la même raison, d’ésotériques et regroupés sous la dénomination générale d’ ésotérisme chrétien auquel appartient en particulier l’hermétisme chrétien. On utilise aussi cette dénomination, dans ce contexte, à propos des écrits de Jacob Boehme, de Jean de Ruisbroek, auxquels on donne également le nom d’écrits théosophiques. Ce dernier terme doit être distingué de la Société Théosophique, mouvement moderne créé par Madame Blavatsky. et dont le caractère ésotérique est contesté par certains auteurs, parmi lesquels René Guénon.

Le mot « ésotérisme » est aussi utilisé à propos de l’islam pour désigner le soufisme, ensemble de doctrines de nature cachée et initiatique au sein de cette religion. Dans l’islam, l’ésotérisme, au sens général, porte le nom plus général de tasawuf : le soufisme apparaît ainsi comme la formulation islamique du tasawuf.

Dans le judaïsme, les enseignements de nature ésotérique sont regroupés sous le nom de Kabbale.

Le taoïsme, par exemple dans son aspect relatif à la quête d’immortalité, est également considéré comme étant de nature ésotérique.

Le bouddhisme comporte certaines branches ésotériques (Vajrayâna tibétain, Shingon japonais) préconisant des initiations pour parvenir au Nirvâna. Le Bardo Thödol des Tibétains est un livre ésotérique qui puise ses racines dans la philosophie indienne du Samkhya.

Aujourd’hui, et en Occident, le mot ésotérisme a été étendu à un nombre considérable de courants, dont, entre autres, la magie, mais l’application de ce terme à ces domaines a été contesté par des auteurs, notamment René Guénon.

Par ailleurs, certains mouvements sectaires s’appuient sur des textes à teneur ésotérique.

Et voici la partie étymologie, qui m’a toujours paru devoir figurer à un certain niveau d’importance dans l’étude d’un sujet.

Étymologie

L’étymologie fait de l’ésotérisme la doctrine des choses « intérieures ».

L’adjectif grec « ésotérique », έσωτερικóς / ésôteriκós, vient du grec ancien ἐσώτερoς / esôteros, qui signifie « intérieur » (dérivé de l’adverbe ἔσω, « en dedans »). D’autre part, le sens est lié aux écoles philosophiques grecques, surtout au pythagorisme qui distinguait entre disciples initiés (les ésotériques) et non initiés, lesquels sont soit de futurs initiés, des novices (les exotériques), soit des gens ordinaires (les profanes).

Avec cette base (merci Wikipédia de ne pas être trop débile ni trop pauvre en sources, ressources et contenus), on sent, après avoir visionné une première fois cette vidéo, qu’un pan fondamental pour comprendre l’ésotérisme a été omis, volontairement ou pas, ce n’est pas la question mais le format ne devrait pas excuser un certain manque de professionnalisme rongé par la volonté de descendre ce qui sort du cartésianisme.

Ceci dit, que les cartésiens et cartésiennes qui me lisent se rassurent. Je tolère le cartésianisme dans la mesure où cette philosophie tolère également ce qui sort de son propre cadre. Vouloir tout expliquer par la science (ou les sciences, mais lesquelles ?) voire le scientisme, ceci est votre affaire. Comprenez que les mystères de la vie (et de la mort, de la renaissance car ces phénomènes font partie de la Vie et de l’Univers).

Trois points me chagrinent réellement dans cette émission : commencer par un pseudo-mystique (à défaut d’avoir été persuadée que c’est un réel mystique ou guérisseur, je laisserai le terme pseudo accolé à « mystique ») où on voit qu’il y a un certain commerce ou une certaine entreprise de séduction pour attirer le chaland ou le quidam en mal de bien-être voire de mieux-être. Cela a un côté charmant, presque cucul, pour émouvoir la ménagère ou les personnes un peu désœuvrées. Un vrai suivi de soin ne se fait pas dans la masse, il est davantage proche entre celui qui donne le soin et celui qui le reçoit. Le donneur est également receveur, quelque part. Certes, cela se passe en Croatie, le contexte nous est moins connu et donc on est davantage bloqué par ce manque d’information afin de pouvoir réellement juger de ce phénomène.

Pour avoir vécu en Pologne, donc dans un pays de culture slave et qui a connu l’occupation soviétique, les gens de ces pays se raccrochaient à la religion pour ne pas finir décérébrés par l’occupation soviétique. Peut-on leur reprocher cette relation ? Non, du tout. Toutefois, ce que je note c’est qu’un effet de masse est bel et bien notable. Et l’ésotérisme est une voie qu’emprunte, en général, des gens qui ne se reconnaissent pas dans cette voie, cette solution adoptée par la masse. Il existe d’autres phénomènes perceptibles ou invisibles

Là où je rejoins la position de l’émission est qu’effectivement, le Sud de l’Europe reste plus proche de ses soi-disant « superstitions » (terme que j’abhorre au plus haut point car trop imprégné de cartésianisme arrogant et intolérant face à des disciplines plus spirituelles) tandis que le Nord reste et demeure réfractaire à ces nouvelles tendances liées au bien-être spirituel et mystique. Peut-on réellement imputer cette disparité intra-européenne au schisme qui a ravagé d’une part l’Europe luthérienne et d’autre part, l’Europe attachée et liée au Vatican ? J’en ai bien l’impression.

Deuxième point qui me chagrine : parler du mouvement Osho. Certes, je ne connais pas Osho mais mettre en exergue le fait qu’il aimait la richesse matérielle est franchement affligeant et souligne le manque de sérieux dans l’investigation sur l’ésotérisme. Ce détail d’une importance capitale lors du visionnage fait qu’on ne retient plus que ce détail limite obsédant car nous vivons dans une période d’hyperconsumérisme et même en le sachant, nous (je généralise un peu à outrance) ne semblons guère nous remettre REELLEMENT en question quant à l’avenir de nos économie, politique, éthique, morale sociale et environnementale, santé l’ésotérisme ne s’attache pas à la matérialité (richesse j’entends) mais plutôt à décupler ses propres pouvoirs psychiques, à anticiper l’avenir et savoir reconnaître les signes que nous envoie le Cosmos, à se connaître soi-même et trouver sa place dans l’Univers ou dans certains cas, les entités et/ou déités. L’ésotérisme peut être partage et bienfait, pas seulement dans une optique totalement fermée et individualiste (ou égoïste)

 

Le troisième point qui me chagrine est qu’il met en exergue une certain mal-être généralisé qu’on se cache tous ou qu’on sait qu’il est bien présent alors qu’on l’enfouit au plus profond de nous. Un miracle, selon ce que j’ai entendu lors d’une séance partage de Reiki, n’est pas tout à fait un miracle. On l’appelle miracle car il échappe à toutes les lois connues de la médecine ou des sciences alors que c’est une guérison, un phénomène qui arrive d’un coup. Il s’agit alors d’une abolition de rapport temps qui tient de l’ordre de l’exceptionnel. Les personnes qui se moquent ouvertement (parce qu’elles mélangent ouverture d’esprit avec fracture du crâne) de l’ésotérisme et de tout ce qui tient davantage du développement personnel, du bien-être et encore plus du mieux-être, ont matière, une fois de plus, à rejeter en bloc ces disciplines, ces domaines qui peuvent tant nous apporter sur beaucoup de plans. On peut se tourner vers l’ésotérisme par simple curiosité intellectuelle, culturelle, cultuelle même. Certains, se tournent vers l’ésotérisme comme chemin complémentaire à leur voie spirituelle (je pense notamment à la Wicca qui est friande de sorcellerie et de magie et utilise très souvent la cartomancie, la voyance, la tarologie, parfois l’astrologie) ou ne dissocient pas ésotérisme et « religion ». Dans le dernier cas, je pense aux Asatruar (ou Vanasatruar, je crois qu’on les appelle comme ça, ces personnes qui allient, et surtout n’oublient pas, les Ases et et encore plus les Vanes) qui utilisent la Seidhr (la magie féminine enseignée à Odhinn par Freyja) et la runologie ou runomancie (la divination par les runes, sur lesquelles il est possible de méditer).

Critiquer en se moquant un peu des gens versés dans l’ésotérisme pour répondre à des questions que le consumérisme s’obstine à tuer dans l’œuf (car le matériel est statique et ne nourrit pas l’âme, elle la pourrit même) me paraît tellement gonflé que je ne pouvais pas rester, après le visionnage du reportage, sans rien dire haut et fort. Hey les gens, c’est fini le temps de l’obscurantisme mené par les collèges inquisitoriaux ; c’est fini le temps où on lavait à l’eau de Javel (ou l’eau bénite, c’est selon) les esprits de pauvres gens sans défense (notamment intellectuelle). Je tiens à préciser que j’accuse les méfaits de l’Église, ses divagations, son manque de tolérance et son prosélytisme belliqueux, guerrier, grégaire et violent, misogyne même.

Tourner en ridicule des anciennes croyances n’est pas un fait nouveau. Ce qui est « nouveau » c’est cette mascarade qui tourne à la moquerie les personnes ou les disciplines qui ne font pas preuve de prosélytisme et tournées vers le mieux-être, l’harmonie, l’amour. Continuer à répandre votre fiel pour faire vendre, mais le déclin est amorcé depuis bien longtemps. 

C’est tellement facile d’attaquer celui qui n’est pas belliqueux, qui est tolérant et plein d’amour. Messieurs et mesdames les journalistes, au lieu de vous en tenir à votre perception trop carrée du monde et des phénomènes, allez au fond des choses, ouvrez vos œillères et comprenez que le monde est à la fois permanence et mouvement. Il n’est pas possible de vivre éternellement dans cette spirale néo-capitaliste ultra-libérale ayant pour valeur l’argent, la réussite financière et les biens mobiliers et immobiliers. La Vérité est ailleurs 😉

Publicités

À propos de Sighild

Une Celte passionnée, analysant parfois trop mais pour approcher toujours plus la sagesse, curieuse et toujours avec des idées parfois farfelues. Végéta*ienne, mélomane, poétesse et renouant (autant que possible) avec la Nature et ses cycles. Ce blog est mon repaire, parfois un peu fantasque, échevelé, alambiqué et souvent très spontané. A vegetarian/vegan Celtic lady, roaming on the Earth and a stargazer, passionate, sensitive, sometimes a warrior. This blog is my lair where I play with concepts, words, thoughts and dreams.

"

  1. Bon article sur la question, même si je n’ai pas regardé le reportage. La définition de Google est très juste et permet de rappeler que le savoir (l’ésotérisme pur) est opposée à la croyance (la superstition), alors que la télévision essaye de faire passer le premier pour le second (raison pour laquelle je ne regarde pas ce genre d’émission). La vérité est ailleurs, certes, et elle est loin, très loin, afin que le monde moderne (rationalo-capitaliste, pour résumer) puisse continuer à fonctionner sans mal.

    • Merci de ta réponse, ça alimente un peu le débat. Je ne regarde plus la télévision depuis un moment, sauf pour me « détendre ». Il y a encore des chaînes, comme Arte, où le niveau n’est pas encore trop bas mais là ils m’ont vraiment déçue. Quoique, l’émission Yourope est très incomplète dans ses reportages, c’est du bâclé et vaut mieux aller bien creuser soi-même.

      • Et pour cela Internet est une bonne école pour apprendre à chercher et trier. La télévision est unilatérale par nature (elle a tout de même été développée pour servir d’objet de propagande).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s