[Musique] Turmoil, par Les Modules Etranges

Par défaut

Après avoir acquis l’entière discographie des trois Nantais de LME (ça fait plus court) et suite à leur excellent concert à La Rotonde (toujours Nantes) avec YG en premier passage (coldwave chantée en français avec un humour grinçant pince sans rire), je me devais de vous parler de ce groupe que je suis depuis un an.

Au départ, je suivais de très loin ce combo qui pratiquait encore une coldwave teintée de shoegaze brumeuse (leur époque démos gratuites sur Lastfm ou Jamendo), assez éthérée. « Dawn » sera la crème de cette période, avec « Sad Partying People » qui entraîne dans une certaine douce tristesse et « Cindy » titre légèrement dansant. Le propos  sera plus martial et musclé, triste aussi, avec leur deuxième album « Another Vision », une version charnière qui permettra à Turmoil d’être une œuvre aboutie, sans concessions, rageuse, déterminée, plus risquée également. Risqué, mais le pari fait par LME a été probant. Le public samedi dernier (le 25 juin 2011) a été conquis, la chanteuse Azia s’est réellement lâchée, gagnée par une rage séduisante et contagieuse, le guitariste qui fait ses timides débuts en tant que choriste sur un titre, un bassiste concentré sur ses lignes, fondamentales pour installer solidement les bases de ce groupe stakhanoviste de la scène dark française. Motivés par la rage des derniers mois, ambitieux (une qualité pour moi), exigeants voire carrément intransigeants, tous ces traits typiques de LME a permis au groupe, malgré un quasi-anonymat dans la presse spécialisée plus que suspect (je précise qu’ici la presse pourrait tout de même faire plus de promotion pour les groupes qui offrent sang et eau à l’autel de la Musique, la vraie, celle qui vient du cœur et des tripes), de bétonner ses bases et de nous servir un opus affûté et digne d’un travail d’orfèvre.

Certes, ceux qui me connaissent réellement me rétorqueront que je ne suis pas tout à fait objective dans mon ressenti et mon analyse. Pour les avoir vus une dizaine de fois, dans des conditions diverses et variés au contact d’autres groupes, LME est un groupe qui bosse, qui pratique une auto-critique parfois sévère mais qui sait et saura avancer, ne pas dormir sur ses lauriers, contrairement à d’autres groupes que je ne citerais pas (ils ne le mériteraient pas quoi qu’il en soit).

Parlons un peu plus du contenu, du son. Le son reprend à peu près ce qui avait été réalisé sur Another Vision, mais le côté punk et moderne s’est affirmé, rend le tout sans concession sans nous plomber non plus. Azia nous fait remuer le popotin, les lignes vocales sont davantage déjantées et c’est une des plus grandes surprises de l’album. La guitare s’est affinée dans son style, la basse a gagné en maîtrise et importance (elle l’était déjà, souvenez-vous du fameux titre entraînant et fédérateur « Cindy », sur leur premier opus « Dawn ». En tant que modienne (je ne suis pas une grande curiste malgré une dévotion particulière devant « Pornography »), j’ai surtout apprécié attentivement les pistes instrumentales cachées, intermèdes de fin de chanson ou clôture de « Source of all Evil », qui bénéficiera assez prochainement de remixes forgés par Marietta Fox et Charlize Leigh Allen (de Mutiara Damansara). Attendez-vous à d’autres surprises dans les semaines qui viennent ! L’année 2011 n’a jamais été aussi trépidante en termes de productions musicales.

Si je devais résumer l’album (tâche délicate), je dirais que c’est un opus pyramidal de haute lignée pour la carrière qu’a LME. Ce troisième album a tout le mérite d’être connu par les mélomanes de musiques sombres et expérimentales/alternatives, il est farouchement fait pour la scène (testé et approuvé par mes soins), on sent que l’électro prend une importance discrète mais indispensable. On a hâte d’entendre les prochaines productions de ce groupe qui a semblablement repris le flambeau des défunts (hélas) et excellents Violet Stigmata et Corpus Delicti.

La scène dark française est loin d’être morte, Les Modules Etranges en sont la preuve !

Publicités

À propos de Sighild

Une Celte passionnée, analysant parfois trop mais pour approcher toujours plus la sagesse, curieuse et toujours avec des idées parfois farfelues. Végéta*ienne, mélomane, poétesse et renouant (autant que possible) avec la Nature et ses cycles. Ce blog est mon repaire, parfois un peu fantasque, échevelé, alambiqué et souvent très spontané. A vegetarian/vegan Celtic lady, roaming on the Earth and a stargazer, passionate, sensitive, sometimes a warrior. This blog is my lair where I play with concepts, words, thoughts and dreams.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s