The burn-out is on the way

Par défaut

Décidément, je ne fais qu’écrire des articles très personnels ici … Ce n’était pas vraiment mon objectif quand j’ai décidé de créer ce blog. Moralité : ne pas toujours avoir une stratégie de type militaire; on s’y détourne assez régulièrement. J’espère néanmoins moins éditer d’articles parlant de mes états d’âme et autres questionnement car je suis pleine de ressources en ce qui concerne mes centres d’intérêt.

Je tiens à déclarer que ces trois dernières semaines je n’ai pas été très disponibles pour les rares personnes qui avaient la gentillesse de discuter avec moi. Je me suis trouvée prise de cours par les événements de la vie que j’ai su semi-consciemment provoquer. Deuxième moralité dans le présent article : c’est en forgeant (son parcours) que l’on devient forgeron. Actuellement, je ne suis pas une paresseuse ni une « couch potato ». J’en viens même à regretter une certaine paresse. L’angoisse de l’oisiveté (ou pire ou mieux : l’ennui). Mon  corps bientôt ne suivra plus … Mais mon esprit est bien vivace, à l’instar d’un feu puissant régulièrement alimenté par ses gardiens.

Je dresse des constats amers depuis bien longtemps, malgré les relatifs espoirs qui sont venus ces dernières semaines. La volonté de changer ou de faire évoluer ce qui m’a éternellement caractérisé devient plus importante et prend du sens dans mon cheminement de vie.

Finalement, du point de vue socio-professionnel, je ne suis pas vraiment malheureuse. Bien sûr, je suis une éternelle insatisfaite, et je ne suis pas la seule dans ce microcosme. Il me marque davantage, dans un sens, me pèse plus également.

C’est tout l’aspect social qui fait naître des névés de sang, qui fondent de temps à autre. J’exècre cette sensation poisseuse que c’est moi qui fait toujours l’effort ou le premier pas pour reprendre contact, et ce même avec des personnes qui se disent être des amis, de « bons amis ». Certes, je suis parfois intransigeante dans ma relation avec autrui. Ce que mes proches amis semblent ne pas avoir remarqué, c’est que je le sens parfois encore plus avec moi-même. D’où cette pseudo-inertie ou ces mouvements timides.

J’en ai parfois plus qu’assez de me faire du mal avec des gens pour qui, au final, je ne suis qu’une option. J’en ai marre d’être l’amie bonne poire (je suis cruelle avec moi-même, sûrement …), de me sentir obligée, par la nécessité je suppose, généreuse et altruiste plus que de coutume. Marre de mettre en sourdine mes véritables attirances musicales, artistiques et j’en passe. Marre d’être incomprise dans ma personnalité, mon côté échevelé et romantique. Les passants doivent me trouver bien banale … Pourtant, presque toujours mise à l’écart.

Et pendant ce temps-là, je m’aperçois qu’heureusement que je me tue à mon « travail ». Je n’ose même pas imaginer si j’étais du genre à me lamenter sur mon sort chez moi devant attendre que les heures passent. Il n’est pas hyper rare de trouver le temps long lorsque je suis en déplacement.

La fatigue des trois dernières années m’égarent sans doute. J’ai le cul entre deux chaises : travailler pendant les vacances ou prendre des vacances en janvier (je ne sais pas encore quand), j’en aurais bien besoin.

Le burn-out des études sup’ n’est jamais très loin

Publicités

À propos de Sighild

Une Celte passionnée, analysant parfois trop mais pour approcher toujours plus la sagesse, curieuse et toujours avec des idées parfois farfelues. Végéta*ienne, mélomane, poétesse et renouant (autant que possible) avec la Nature et ses cycles. Ce blog est mon repaire, parfois un peu fantasque, échevelé, alambiqué et souvent très spontané. A vegetarian/vegan Celtic lady, roaming on the Earth and a stargazer, passionate, sensitive, sometimes a warrior. This blog is my lair where I play with concepts, words, thoughts and dreams.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s