First Aid Kit : parce que nous le valons bien en Suède !

Par défaut

First Aid Kit : vous avez bien dit First Aid Kit ?

Oui ! 🙂

Je souhaite parler dans ce nouvel article de ce duo de deux sœurs originaires de Goteborg (ou Stockholm, je ne me souviens plus très bien)en Suède. Elles sont à peine majeures et ont su développer rapidement  à travers la Toile (ma nourriture artistique) un mini-maesltrom.

Lien utile : http://liksom-liksom.blogspot.com/

D’après ce que j’ai lu, sur Twitter, il vous suffit de les suivre et vous pouvez leur demander n’importe quelle reprise. Elles le feront, avec inspiration et talent.

J’ai pris grand plaisir à écouter leur nouvel album (et leur premier album également) et même si j’avoue apprécier l’écoute de musique folk (genre très vaste avec l’apparition de la New Weird America et le Gothic Americana, qui lui est plus à ranger dans la country et folk alternative), il m’arrive de vite lasser. Je me lasse vite de beaucoup de choses d’ailleurs.

C’était sans compter mon retour à un coup de cœur adolescent : la Suède. De manière plus générale, la Scandinavie m’a toujours attirée. Mes ancêtres me rappelleraient-ils à leurs terres?

Leur sanctuaire ? Ici : http://www.myspace.com/thisisfirstaidkit

Commencez par la vidéo Ghost Town, j’ai commencé par là. Et je pense que je n’en reviendrais jamais et c’est tant mieux 🙂

Si vous avez un compte Spotify, écoutez les deux albums (mais méfiez-vous de ce vilain groupe de metalcore ou hardcore je ne sais trop quoi)

Le fond de ma volonté pour accoucher de cet article est légèrement plus occulte. En effet, je ne sais plus trop quelle mouche m’aurait piqué cette nuit-là, j’ai mis le drapeau de la Suède (Sverige) en avatar sur Facebook. Encore une envie de voyager ? Sans nul doute, mais pas dans l’immédiat.

Le hasard fait parfois bien les choses. Je ne sais plus comment (encore ce manque de savoir !), mais le résultat est là : un blog m’a montré une ancienne passion : la Suède. Alors, en une fraction de seconde, la fatale question, linguiste damnée que je suis : finalement, on laisse tomber le russe (fatigue de l’année 2010), on abandonne la potentielle idée de se mettre un jour au néerlandais (langue à laquelle j’étais souvent confrontée oralement lors de mon stage) pour revenir à un second essai pour le suédois ? Sans oublier que j’ai une petite méthode Assimil pour apprendre le norvégien.

Quel casse-tête !

Pour le norvégien, deux soucis majeurs se posent : un, la phonétique (qui diffère d’un région à une autre) . Le second : le bokmal et le nynorsk. Car pour être au plus près de la réalité, le bokmal est le norvégien de l’époque où les Norvégiens étaient « dominés » par les Danois. Le nynorsk est une entreprise de certains intellectuels norvégiens de revenir à une langue académique norvégienne expurgée de ses avatars danois. D’où les différences dans la phonétique.

Je crains, au final, de ne pas pouvoir essayer une nouvelle langue. Si seulement les cours de russe de la mairie pouvaient être gratuits et être à un horaire différent … Certes, j’ai des méthodes. Pour le polonais, j’ai une amie qui a besoin de mon aide pour le français.

Au fond, le plus important est d’apprendre dans le pays, de se faire violence sur certains points de grammaire (ah les langues slaves !!!) et pratiquer, toujours et encore plus. Conclusion : il me faut encore voyager. Mais je suis bloquée. Internet reste un lot de consolation, parfois frustrant.

Je toucherai seulement un mot sur un autre groupe de musique suédois : Kent. Non pas le Kent français. Mais je préfère First Aid Kit 🙂

Tout lecteur suédophone est invité à laisser un commentaire 🙂

EDIT : je viens d’éditer car je viens de faire une belle bourde dans ma langue maternelle. Molière en serait très choqué. J’ai mis : je toucherai un mort, au lieu de toucherai un mot. Non, ceci n’est pas un laspus révélateur, mais je pense qu’hier je n’aurais pas dû regarder « La Reine Margot » !

Publicités

À propos de Sighild

Une Celte passionnée, analysant parfois trop mais pour approcher toujours plus la sagesse, curieuse et toujours avec des idées parfois farfelues. Végéta*ienne, mélomane, poétesse et renouant (autant que possible) avec la Nature et ses cycles. Ce blog est mon repaire, parfois un peu fantasque, échevelé, alambiqué et souvent très spontané. A vegetarian/vegan Celtic lady, roaming on the Earth and a stargazer, passionate, sensitive, sometimes a warrior. This blog is my lair where I play with concepts, words, thoughts and dreams.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s